Les microdonnées, ça sert à quoi ?

Ce blog est plutôt destiné aux néophytes mais les technologies du web obligent parfois à s’y aventurer plus en profondeur.

Il faut tout d’abord comprendre que le web aujourd’hui, c’est plus de 200 millions de sites web sur internet et plus de 1000 milliards de pages web indexées par Google.

Et au moment ou j’écris ces ligne, des millions de pages sont mise en ligne. L’accroissement est bien entendu exponentiel.

Alors le problème qui se pose avec tout cela, c’est comment réussir à classer efficacement toutes ces pages ?

Depuis quelques temps, nous entendons parler du web sémantique. C’est l’idée que pour chaque contenu, il y ait une sorte de description invisible pour l’internaute mais accessible à des moteurs de recherche ou à des sites de réplication de données.

Par exemple, lorsque l’on écrit sur une page “Strategio”, un moteur de recherche peut envisager 2 significations :

  • L’entreprise Strategio.
  • Le mot Strategio qui signifie stratégie en espéranto.

Ceci est encore plus vrai pour des média de type son, image ou vidéo. Un moteur de recherche est incapable de déterminer ce qu’il y a dedans et il se réfère souvent aux contenus textuels environnants pour le définir.

C’est quoi les microdonnées ?

Avec les microdonnées, on balise les contenus selon une nomenclature commune à tous qui va du plus général (une chose) au plus spécifique (une date par exemple).

Prenons l’exemple de Strategio. Si nous souhaitons parler de l’entreprise, nous allons baliser le texte de cette manière  (les balises ont été volontairement simplifiées) :

Si nous souhaitons parler du mot, nous procéderons de la sorte :

Dans les 2 cas, le visiteur “humain” de la page voit le même mot, mais pour les moteurs de recherche, il s’agit de 2 choses très différentes ?

Pour le moment, les standards ne sont pas totalement définis et il n’existe pas encore de modélisation complète mais après différents essais, les grands moteurs de recherche ont trouvé un accord sur un standard commun : schema.org.

Il existe d’autres standards, mais ce dernier devrait prendre un ascendant prochainement.

Avec cette nomenclature, on voit déjà apparaître une première classification des “choses” de manière assez pragmatique par rapport au web. On y trouve des lieux, des dates, des produits, des organisations, des personnes.

Pourquoi utiliser les microdonnées ?

Chaque propriétaire de site web souhaite obtenir le plus de trafic sur site, mais surtout un trafic qualifié. C’est à dire que les visiteurs correspondent au ciblage de contenu du site et qu’il peuvent être intéressés par ce même contenu.
Rich Snippet d'une recette de cuisine
Les moteurs de recherche sont de plus en plus sensibles aux microdonnées et il est certain que le fait d’utiliser des microdonnées sur un site web favorisera à terme son positionnement sur les résultats de recherche. En tous cas, ceux pour lesquels il est réellement concerné.

De plus, certaines microdonnées sont utilisées par les moteurs de recherche afin d’améliorer la présentations de leurs résultats : note des internautes, fil d’ariane, prix d’un produit, etc. Cela permet dès aujourd’hui de se démarquer dans la page de résultats pour attirer le clic de l’internaute.

On peut aussi inclure des microdonnées dans les microdonnées. Par exemple, lorsque l’on va mentionner une entreprise, on pourra le faire de cette manière :

Chaque donnée sera alors contextualisée et on pourra dire que le lieu mentionné se rapporte à l’entreprise Strategio.

Vous pouvez voir un exemple de microdonnées implémenté sur la page contact de ce site. On retrouve en fait dans le code source de la page web :

Un outil proposé par Google permet de tester les microdonnées d’une page web selon différents standards : microdonnées, microformats, et RDFa.

Répondre

Votre adresse email ne sera jamais publiée.

*

Vous pouvez utiliser les balises HTML et attributs suivants : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code class="" title="" data-url=""> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong> <pre class="" title="" data-url=""> <span class="" title="" data-url="">

Current ye@r *